Menu de navigation

Technologies de l'information et de la communication

Niveau d'alerte.

Exemple 3: les ordinateurs personnels. Dans les années , un ordinateur servait essentiellement au traitement de texte et au calcul avec un tableur. Comme tu le relèves, la guerre de Côte d’Ivoire ne peut être comprise qu’en étudiant le passé des luttes de ce pays, y compris celles à l’époque d’Houphouët Boigny de la fin des années

Soufflet n'est pas jouer

Bourse spécialisée dans la négociation de contrats sur matières premières, y compris les métaux précieux. Système de dépôt global et de virement de titres (surtout des euro-obligations) réduisant les livraisons matérielles en les remplaçant en bonne partie par des jeux d’écritures. Convention relative .

Tahiti vous attend, les Tuamotu et les Marquises…. Air Tahiti, la compagnie locale a été en grève pendant plusieurs semaines en mai.

Normalement, Air Tahiti compagnie locale transporte des passagers des îles qui doivent consulter des spécialistes à Papeete. Certains rendez-vous médicaux, non urgents, ont pu être reportés, mais ceux qui nécessitaient une prise en charge urgente? Il a fallu aller chercher ces personnes aux Marquises, aux Australes et aux Tuamotu. Et qui qui paie? Pas nécessaire de faire de grandes réunions internationales, régionales: Ils ne peuvent travailler à cause de ces maladies.

A Tahiti on a de bonnes idées: En Polynésie française on dénombre 33 personnes sur habitants — La CPS sécurité sociale tahitienne croule sous les dépenses! Et pour le RSPF à la charge des contribuables métropolitains ils seraient plus de à en bénéficier. On frappe bagarre, combat. Peut avoir une connotation amoureuse. Moi je sais pédaler ta BEK! Avoir faim, viens manger — très courant dans les îles, chez les mâles.

PAÏNU, pourquoi tu fumes le paka? Le canevas de ce roman est fourni par la révolte de la Bounty , cette frégate anglaise de 28 m mutinée le 28 avril contre son capitaine William Bligh. Un bon moyen de se cacher de la Royal Navy qui ne va pas manquer de les faire chercher pour les juger et les pendre pour mutinerie.

Très tôt, les problèmes vont naître: Le plus intéressant personnage de cette histoire est Mac Leod, fourbe matelot écossais qui évincera les officiers du bord et mènera les plus vils et les plus faibles par la ruse et la menace. Les réflexes de classe passent mal en …. Le second, Purcell, est la figure centrale du livre, le bien opposé au mal incarné par Mac Leod. Il sera le seul britannique survivant à la fin des pages. En fait, la religion compte peu pour le personnage, qui ne prie jamais.

Étonnamment moderne par cela, il est en complet porte-à-faux avec ceux de son temps. Les matelots ne le comprennent pas, ni le capitaine. Seuls les très jeunes, les Tahitiens et les femmes sont de plain pied avec lui. Tous les autres Britanniques ont au fond du même un ressentiment perpétuel qui les ronge et les rend agressifs, envieux et égoïstes.

Smudge est un petit laid fort couard, vrai roquet hargneux rempli de ressentiment contre la force et la beauté. Il est pourtant courageux et prend des risques considérables pour se faire entendre des deux camps et tenter de réconcilier les uns et les autres. Si tu veux la paix, prépare la guerre. Comme chacun sait que tuer est tabou pour le lieutenant Purcell, on le laisse dire. La grande leçon du livre est là: Ainsi devons-nous agir contre le terrorisme: A la lettre, et malgré Gandhi, la non-violence systématique est une faillite.

Ce dogme fait les martyrs et les saints mais pas les chefs efficaces. Il arriva à Clipperton en Les Anglais chargèrent le guano.

Quand la société fit faillite, certains ouvriers demeurèrent sur place. Tous les deux mois un bateau faisait la navette entre le Mexique et Clipperton. En la guerre civile éclate au Mexique, en Diaz quitte le pouvoir — les colons de Clipperton sont oubliés au milieu de cette pagaille. Plus de bateau pour les ravitailler. Les 26 colons restés à Clipperton étaient devenus des naufragés. Bientôt les adultes tombèrent malades, atteints de scorbut.

Survint alors un cyclone. Un petit Angel vit le jour dans ces conditions épouvantables. Les femmes devinrent ses esclaves sexuelles, celles qui refusèrent furent violées et tuées. Lui finira tué par les trois femmes. Un enfant aperçut un bateau au loin alors que le corps du bourreau gisait là. Avant la fin du quinquennat? Ce nouveau projet est porté par un investisseur australien Colin Randall. Le Richard imaginaire pourrait être une pièce de théâtre en 20 actes.

Encore faudrait-il aller le chercher ce cobalt! Cela pourrait être le futur de la Polynésie. Au fait il est à qui ce cobalt dont on nous rabat les oreilles? Ce trésor, il va falloir aller le récolter. Alors la Polynésie française est compétente, et certaines mauvaises langues donneraient immédiatement un masque et des palmes pour ceux qui veulent aller le chercher ce cobalt!

Il compterait pour du beurre? Les indépendantistes feront les yeux doux à la Chine, au Japon, à la Corée. La veille sanitaire passe à la trappe! Fini le bureau de veille sanitaire, ouste! On ne renouvelle pas les contrats des deux médecins épidémiologistes en charge de ce service. Allez, du vent, du balai, ouste! Il semble que ce service analysait, surveillait, informait et prévenait des risques sanitaires en milieu tropical: Il faut alléger les charges?

Le Directeur de la Santé par intérim depuis le départ de F. On critique, on critique… Alors qui prendra ce poste? Les jeux sont ouverts!

La dengue serait en baisse sauf aux Marquises, 47 cas confirmés en ce début mai. Les autorités annoncent 4 mois de retard… ce sera plus sans aucun doute.

La gestion du chantier serait en cause? Deux entreprises sous-traitantes ont été mises en liquidation judiciaire, pas bon ça! Pour les prisonniers, pas grave! Inadmissible, scandaleux, inhumain, loin de leur soleil, de leurs plages, non, non, et non. A Tiarei, côte Est de Tahiti, court une légende. Le site a été fermé par les Autorités mais la légende qui abrite des amoureux demeure.

Dans cette vallée de Faarumai, vivait une famille royale. Le père était Marurai. Sa fille, Fauai, était la plus jolie de Tiare. Son père lui interdisait de parler aux garçons de son âge. Cela la rendait triste. Sa voix douce était divine, elle attirait involontairement les garçons. Fauai avait environ 17 ans. Sur le sentier elle rencontra un jeune homme nommé Tua.

Les gardes étaient à quelques pas derrière elle. Fauai, apeurée, cria, les gardes tuèrent Tua. Quelques temps après, sa mère tomba malade. Fauai dut se rendre dans la vallée pour ramasser les plantes prescrites. Les gardes fouillèrent les buissons, tentèrent de les poursuivre. Ivi lui révéla alors son secret. Il était le génie de la vallée et se métamorphosa en un beau jeune homme. Ivi et Fauai furent recouverts.

Ces deux cascades furent nommées Haamaremare ahi et Haamaremare iti. Les cosmétiques sont donc une cible…. Introduit dans les îles tropicales du Pacifique depuis Indonésie et Malaisie — et en à Tahiti -, ses fleurs sont distillées en alambic pour extraire une huile essentielle huile de Cananga qui servira en cosmétique, parfumerie et comme arôme alimentaire dans des bonbons ou des glaces.

En Polynésie, on lui croit des vertus aphrodisiaques peut-être pour apaiser la tension avant les rapports sexuels? Vous connaissez tous les cafards? Ici en Polynésie, ils sont de belle taille et peuvent parfois vous pourrir la vie. Vous aimez la pieuvre ou le poulpe? Le poulpe, animal gluant, a huit tentacules aveave.

Ce sont les huit itinéraires qui permettent de relier toutes les îles de la Polynésie à Taputapuatea à Raiatea. La pieuvre se dit: Chez les Polynésiens, terre et mer sont un continuum grâce à la pirogue qui servait à relier les îles. La pieuvre est donc un vaisseau, un navire. Une association locale y travaille depuis quelques mois. Tetiaroa, Moorea et Tahiti.

Il y a deux espèces: Elles semblent évoluer tranquillement dans les eaux, sont approchées avec un maximum de précaution afin de ne pas les déranger, mais pas partout. Hélas, depuis quelques années, elles sont devenues des proies directes, leurs branchies étant de plus en plus utilisées en médecine traditionnelle… C H I N O I S E.

Elles soigneraient diverses maladies, de la varicelle au cancer. La Colonie ou les Colonies? Un système qui repose sur la domination politique, sur la domination culturelle, sur la domination économique est une colonie. La colonie devait équilibrer son budget afin que la métropole fasse des bénéfices. Ainsi perdurait la dépendance!

Elle a ouvert la Colonie au monde extérieur. Le trois-mâts anglais Tenacious était par exemple en escale à Papeete. Très beau, il appartient à une association la Jubilee Sailing Trust qui accueille à son bord des marins atteints de handicap. A bord, des ascenseurs, des ponts plus larges et incurvés pour la circulation des fauteuils roulant, des équipements sonores sur la barre et des indications en braille sont mis en place pour que les non-voyants eux-mêmes puissent diriger le bateau.

Cette église se développe activement dans les îles du Pacifique Sud. Ils ont renoncé à la polygamie en Les noms collectés sont enregistrés dans un ordinateur central. En France, elle est présente depuis et aurait plus de 20 membres. Ce sont souvent des anglophones: Ils sont reconnaissables, à vélo, casqués, pantalon et chemise blanche, cravate pour les hommes ; pour les jeunes femmes, à vélo et casquées, robe ou jupe longue, haut à manche.

En , on a produit 13 tonnes de gousses mûres contre 30 tonnes en moyenne. Mais ici on a des objectifs, et pas des moindres! Ainsi quand la vanille va, tout va? Pour ce faire, on va installer 40 ombrières, 42 au total chez 41 producteurs qui ont déjà une bonne production. Il faudra fournir boutures pour les ombrières, indemnes de virus et maladies. La fusariose, maladie de la vanille est également une cause de la baisse de la production.

Le climat également mais… on ne maîtrise pas le climat. Et vlan pour la femme! Après deux mois, la fleur tombe et le fruit commence à grossir. Pas de déclaration en mairie! Il est la fleur symbole de Tahiti. Tiare, en langue tahitienne, veut dire fleur. Portée à droite, elle signifie que la personne est disponible. La fleur a entre 5 et 8 pétales, elle est stérile, privée de ses insectes pollinisateurs.

Cette plante considérée comme indigène est certainement originaire de Micronésie. Selon son stade de maturité, elle porte dix noms. Oteo le premier appartient au Dieu Taaroa, le créateur du monde.

Umatatea le troisième bouton appartient au Dieu Tane, dieu de la beauté. Umoa Tea le quatrième bouton appartient à Hina, la déesse de la lune. Ses propriétés médicinales sont nombreuses.

La plante est très utilisée en médecine traditionnelle polynésienne: Ce mélange, légèrement brun, est exposé pendant quelques jours au soleil.

Pour ne pas manquer de fleurs de tiare, le laboratoire de cosmétologie de Papara vient de planter ses propres tiares Tahiti. Il doit à tout prix éviter la rupture de fleurs. En Polynésie française, les deux tiers des plantes endémiques sont menacés. On pleure, on se lamente et puis, plus rien.

Il est le symbole de la flore endémique menacée de Polynésie française. La beauté de cette fleur lui a valu une cueillette excessive depuis des lustres. Ce sont les rats, les cochons sauvages, les plantes introduites et un champignon pathogène qui sont cependant ses principaux ennemis. La lutte pour le sauver est inégale. Son écorce est encore régulièrement utilisée dans la pharmacopée marquisienne.

Depuis , plusieurs pieds ont été mis au repos, on tente une multiplication en pépinière, et on croise les doigts ou on prie. Cette plante a des feuilles coriaces et deux types de fleurs jaunes au centre et blanches à la périphérie. Elle est victime du surpâturage des ongulés herbivores en liberté, chèvres, chevaux et bovins, des feux et des plantes introduites envahissantes. Il est présent en forêt humide de moyenne altitude, en bordure de rivière.

Ses fruits, baies charnues de forme ovale et de couleur ovale étaient consommés par des oiseaux endémiques. Ses fleurs orange et rouge chamarrées de jaune décorent les chevelures des Paumotu, et ses tiges droites sont utilisées pour confectionner les manches des javelots. Malgré une protection depuis , cette espèce a disparu de plusieurs atolls. Un quart des navires qui visitent le fenua aurait un budget de XPF pour leur séjour. Ils visitent en moyenne 3 archipels par voyage.

Si seulement ils étaient entendus! À bord, 3 hommes. La valeur marchande en XPF est de 20,4 milliards si elle était vendue au gramme aux consommateurs. Ce sont les marins du Prairial qui ont arraisonné le petit voilier criminel.

Des individus — cinq! Notre pêche est déjà écologique. Avez-vous des bénitiers pahua dans votre aquarium? Désolés disent les poissonniers, les pêcheurs se les gardent jalousement. Les restos, les snacks font grise mine. Et les prix flambent! La pêche en Polynésie statistiques Cette flottille comprend les thoniers palangriers répartis en thoniers de pêche fraîche 36 actifs en et les thoniers mixtes et congélateurs La pêche côtière en mer, mais proche des côtes, de type familial , est plus traditionnelle et artisanale.

En , la flottille est composée de poti marara en bois et en fibre de verre, de 6 à 8 mètres et de 45 bonitiers en bois de 10 à 13 mètres. Il faut fourbir ses armes, à chacun les siennes. Mais 40 ans après, les faits seront très difficiles à vérifier. Un paquet devait lui être remis, et ce paquet contenait de la drogue. Ce serait son chef de service, un douanier, qui lui aurait révélé ce piège. Cette personne étant décédée depuis peu, Oscar Tane et la fille de ce monsieur ont donc dévoilé ce secret de 40 ans.

Allez rendre une visite sinon vous seriez obligés de venir au fenua. Ces poteaux ont souvent forme humaine, ce sont les tikis. On les trouve également à la proue des pirogues. Les tikis jalonnent aussi les meae, ces sites religieux ou funéraires réservés aux prêtres et aux chefs. Ils sont le plus souvent sculptés dans le bois, mais aussi en pierre, en os ou même en dent de cachalot.

Les généalogies étaient récitées lors des grandes fêtes familiales et la mémoire se servait de pelotes de fibre de coco tressées et nouées pour fixer les souvenirs. Elle était réservée aux chefs, aux aînés, aux prêtres et aux guerriers, et consommée dans des maisons taboues sacrées. La pirogue vaka servait à tout: Mais la navigation lointaine nécessitait des pirogues doubles encore plus grandes, encore plus stables, les coques réunies par un plancher et actionnées par un mât supportant des voiles en feuilles de pandanus tressées.

Danse, musique et poésie sont des activités éphémères, mais aussi sacrées que la sculpture, le tissage ou le tatouage. Un artisanat commercial accompagne la colonisation, comme les maquettes de pirogues, les casse-tête ou les noix de coco sculptées. À écouter en podcast. Les Iles Marshall, autre confetti du Pacifique Sud, attaquent à la Cour Internationale de justice trois puissances nucléaires: Ce sont les contribuables français — qui payent pour Tahiti, ne lui en déplaise!

Excusez-moi, je fais une erreur. Les terres rares au fond de notre océan seraient-elles vraiment si rares alors que tous les politiques annoncent des milliards de dollars, euros, yuan au fond de notre océan.

Faudrait éviter de trop rêver et surtout les Politiques, il faudrait éviter de raconter des carabistouilles aux Tahitiens! En fait ces gisements se trouveraient dans les eaux internationales. Comme Perette et le pot au lait: Il aurait pu spolier les richesses minières sous-marines de Tahiti Nui?

Que nenni, Le Président Hollande en tournée ultra-rapide à Tahiti avant le printemps a confirmé les propos de la ministre des Outremer: La faute à la géologie de la région qui se situe à la rencontre de plaques tectoniques.

Hélas pour la Polynésie, elle est située au milieu du Pacifique, le plus vaste océan du monde, très loin de ces failles tectoniques riches en amas sulfurés. Par contre on a du cobalt, du platine. Miam, miam, encore faut-il aller le chercher! Il y aurait en Polynésie — pour le moment française — environ 50 millions de tonnes de cobalt et 5 tonnes de platine soit près de ans de ressources pour le cobalt et 22 ans pour le platine.

Certes, on peut toujours rêver, mais il vaudrait mieux éviter de tenter faire rêver les autres! Alors le président Fritch a annoncé le recrutement de fonctionnaires. Cataplasme sur une jambe de bois: Oui le contribuable métropolitain! Fritch disait il y a quelques jours: Un maximum de nos jeunes doit pouvoir profiter du statut de fonctionnaire!

Elle ne doit pas être la seule. Pour administrer qui et quoi? Pour atteindre quels objectifs économiques? Réaliser quels niveaux de satisfaction des besoins élémentaires individuels et sociaux?

Il a le regard aigu, sait faire parler les indigènes et décrit avant de juger. Il le fait en un style fleuri qui rappelle un peu Chateaubriand, à la mode de son siècle. Vous apprendrez à la racine comment confectionner le popoï p. Comment le droit voit-il cela? Y a-t-il une notion de moyens proprotionnés ou quelque chose dans le genre? Aller cogner pour cesser le combat, ça peut être ridicule.

Mais c'est parfois compliqué de stopper une baston. Donc en cas de récidive c'est 3,5 ans de taule ferme si il claque la geule une seconde fois a un connard de mioche durant sa carrière? Bel exemple de judiicarisation de notre société; on peut penser qu'avec un peu de bon sens l'enseignant aurait été sanctionné ainsi que l'élève au sein de l'établissement sans avoir besoin de mettre en branle l'institution judiciaire et de rameuter les médias.

Après on vient se plaindre de l'encombrement des tribunaux. Je ne suis pas tout a fait d'accord avec vous maitre. Mes parents sont professeurs en collège, si vous saviez comment ils rentrent certains soirs à la maison Certe la giffle du professeur est exessif car c'est dans la relation professeur élève, mais que faire face à des gamins qui sont arrogant, se moquent ouvertement de vous et vous insultes??

De même, je ne partage pas votre point de vu sur les fessées. En effet moi même j'en ai recu quelque une étant petit il ne faut pas en abuser, il faut que ca reste exeptionnel, mais par moment le seul moyen de calmer un enfant, ou de lui faire comprendre que ce qu'il a fait est grave c'est de lui donner une fessée Oui c'est malheureu a dire mais c'est la vérité Ce n'est pas pour rien qu'on appel certaine personne "tête a claque" car des fois ils en méritent Voila, maitre encore merci pour votre blog bien util pour moi dans mes etudes de droit pour comprendre certaines choses: Maitre, sur ce sujet je ne suis pas d'accord.

En quoi la privation de liberté est elle une violence plus acceptable que la baffe? En quoi le fait de menotter un prévenu est il acceptable? Et passer devant un tribunal pour des excés certes n'est il pas une forme de torture mentale? Je vous rejoint sur le fait que "la violence est le dernire recours de l'incompétence", mais seulement dans la plupart des cas. Et c'est bien pour ça qu'il y a des tribunaux et que vous, cher Maître, vous intervenez. Quand mes enfants désobeissent sciemment hé oui cela arrive je commence certes par leur expliquer nul n'est censé ignorer la loi, mais la rappeler ne fait jamais de mal mais je peux finir par une "bonne fessée" comme disent les braves gens.

Je ne cherche nullement a justifier mes actes, je les inscrits seulement dans une société ou la violence fait partie des rapports humains, qu'elle soit mentale ou gestuelle. Et je préfère parfois une violence physique a une violence psychique qui laisse plus de trace intérieures. C'est sans doute triste, des progrés sont a faire, mais l'homme est encore un animal pour nombre de siècles encore.

Certe la giffle du professeur est exessif prof de français exténués? Je suis enseignant, et je partage votre point de vue sur l'interdiction totale de la violence physique envers les élèves, quels que soit leur âge ou leur taille. Toutefois dans la mesure où il semble y avoir accord sur le caractère disproportionné de la plainte et de la garde à vue, y a-t-il possibilité à un moment de faire jouer la procédure abusive?

Le prof pourrait-il porter plainte pour outrage de la part du garçon , histoire d'envenimer la situation? Personnellement, je pense que dans le contexte familial, ce n'est pas si simple. Une gifle, sans être administrée avec force, permet de mettre un terme à une situation qui s'envenime et de remettre en place les idées de celui qui la reçoit. C'est exactement dans cette optique que ma mère me les administrait lorsque j'étais petit et que j'essayais de lui tenir tête.

Toujours une seule baffe, au bon moment et sans méchanceté ni acharnement. Ca faisait presque plus de bruit que de mal, mais c'était efficace. Je précise que je suis conscient de l'extrême mesure dont il faut faire preuve avec ce type de sanction, qu'il faut cesser d'y avoir recours à la fin de l'enfance et que, bien évidemment, aucun châtiment corporel n'a sa place hors de la famille, et a fortiori à l'école.

Vous dites que la "violence légitime" est d'un siècle passé, mais cette loi, à la vue des circonstances actuelles, ne serait-elle pas elle aussi "passée"? C'est toujours amusant de constater comment des pratiques qui relèvent de la normalité à une époque se trouvent, quelques petites décennies après, considérées comme des actes odieux. Et comme la boucle repart pour la génération suivante, qui se moquera de nous sans complexes.

Evidemment, c'est mieux d'éduquer sans frapper, voire même sans punir. Mais l'éducation est affaire de compromis et de pragmatisme: Il vaut mieux une gifle à un enfant qui passe fortement les bornes, dans un contexte où la violence n'est pas la règle, à une éducation sans règles ni limites. Question à dix centimes: Honnêtement gifle ou soufflet, c'est beaucoup de bruit pour pas grand chose et j'ai toujours du mal a comprendre l'attention si aigue du législateur.

Ceci dit, il y a bien d'autre façons de punir un enfant que le frapper je lisais il y a 10 minutes petite anglaise qui disait que sa pire punition était de la priver de Club des cinq!

Malheureusement c'est avec cela que l'on se pose des questions sur la in competence des élus, et que par raccourcis toute la politique s'en trouve disqualifiée. Je complète mon commentaire 36 au sujet de l'utilisation ou non de gifles, tapes, fessées et autre châtiment corporel.

Il faut bien comprendre que la majorité des lecteurs et commentateurs de ce blog sont des gens censés si si, je le pense. J'avais été stupéfait il y a quelques années de voir un reportage sur la violence conjugale. A la question de savoir si mettre une gifle à une collègue de bureau lors d'une altercation verbale était ou non de la violence, un groupe de maris violents n'avaient trouvé rien à redire.

Avez-vous des enfants, Maître? Si oui parvenez-vous à respecter vos préceptes de non-violence en toute situation? Les châtiments corporels sont indéniablement à prohiber.

Et l'argument du "j'ai reçu bien des claques et je m'en porte pas plus mal aujourd'hui" n'est pas convaincant. En outre, la société ne peut tolérer d'admettre la violence au coeur de l'institution scolaire, là où s'enseigne le rapport à l'autorité.

Finalement, cette affaire révèle surtout une fois encore le problème des conditions de travail des profs, particulièrement en ZEP, où ils sont confrontés à des classes, quoiqu'aux effectifs réduits, encore trop surchargées, avec des "cas difficiles", etc Les profs sont usés. L'interdit de la violence doit être évidemment rappelé.

MAis ce fait divers après tant d'autres sur les cas de violence à l'école doit appeler à la mise en oeuvre de politiques publiques ambitieuses en matière d'éducation Les profs ne doivent plus être de la "chair à canon". C'est beau, dire "non" à la violence Certes, ce n'est pas bien, et on ne se sent pas fier après. Mais, vraiment, Maître, comment vous y êtes-vous pris quand vos enfants ne voulaient pas entendre raison, sans donner de fessée ni crier? Vous êtes peut-être plus zen que la moyenne.

Personnellement, je dois admettre que quand un gamin de 5 ans m'est tourné autour en faisant bêtise sur bêtise pendant une demi heure, et que je ne peux rien lui dire qui le fasse s'arrêter Et encore, seulement quand il sait ce que c'est qu'une fessée.

Sinon, il ne reste qu'à l'enfermer dans sa chambre à double tour. Le fond de vos propos est intéressant, la forme est terriblement parti pris, c'est d'autant plus dommage que cela ne vous est pas familier et cela ne me semble pas indispensable à la compréhension du sujet.

Ainsi vous ne faites aucune mention de jurisprudences qui existent , ni du principe de protection statutaire Sans rentrer sur le fond du "pour ou contre", si c'était aussi simple cela se saurait, d'ailleurs rien n'est blanc, rien n'est noir Si la violence physique est finalement facile à définir, qu'en est il de la violence morale?

Bon, maitenant passons à la relecture des événements en mode avocat du diable: Quelle est la leçon apprise par l'élève? Jusqu'à preuve du contraire, il peut insulter un prof sans conséquence, si ce n'est de savoir le pousser à bout et de provoquer l'ire de son père. Evidemment tout ceci change s'il subit une sanction. Ceci dit, un jour ou deux d'exclusion pour le plaisir de faire révoquer un prof qu'on n'aime pas Quelle est la leçon apprise par les profs?

Si tu veux te venger, traine les élèves dans la boue, méprise les, fait leur manquer leur année, pousse les à rater leurs études et à végéter Maitre, un cas d'ecole puisque dans le contexte Quid si l'élève était multirecidiviste? Aurait il droit à un "traitement de faveur"? Bien sûr ce maître des écoles a commis une faute professionnelle. Nous parlons des fondements de l'éducation sociale: La claque qui part, la taloche, c'est toujours l'échec de la parole pédagogique.

Pourtant cette histoire me rempli de tristesse, parce qu'elle s'articule autour d'une vision procédurale et réglementaire de ce métier et des relations humaines en générale. Je connais, pour les fréquenter comme amis, quelques uns de ces maîtres Si vous voulez que la génération qui arrive continue à être éduquée et enseignée par des hommes et des femmes de chair et d'émotion, plutôt que par des techniciens de l'apprentissage Jusqu'à preuve du contraire, il peut insulter un prof sans conséquence sans conséquences?

Le père aurait pris acte. Aurait peut être demandé à discuter avec l'enseignant et aurait puni l'enfant. Bref , les adultes, tous les adultes, auraient traité l'affaire. Mais que l'on s'étonne pas que des gens laissés à eux même en viennent aux mains. L'engueulade et le refus de laisser voir des amis ne permettait pas de se sentir fier d'être un bavard. Un enseignant que ma grand-mère n'a eu de cesse de me dire qu'il avait que des bonnes choses à dire à mon sujet.

Je viens d'un village où tout le monde se connaît et il y a peu de doute qu'il était sincèrement content de ma situation car c'était un brave monsieur comme cela.

Mais il en reste pas moins que je n'ai jamais pardonné. Désolé pour la caricature, mais voilà ce que m'inspire, immédiatement, ceux qui disent "ha de mon temps". Eolas, Vous dites que la punition est acceptable, mais pas la violence.

La punition est une forme de violence. Toute punition est par essence violente, ou bien ce n'est pas une punition. Donc en quoi la fessée est-elle moins légitime que l'enfermement dans la chambre qui est une violence - une séquestration , l'engueulade violence psychologique , etc Je pense que le critère de la dangerosité devrait le première critère de choix entre plusieurs punitions.

Il y a des violences plus ou moins dangereuses. Or, je ne suis pas certaine qu'une fessée soit plus dangereuse que certaines agressions verbales. Je ne parle pas de coups qui mettent en danger l'intégrité corporelle et qui sont objectivement nocifs pour la santé, qu'on s'entende bien là-dessus.

Je ne suis pas certaine de l'honnêteté intellectuelle de Mme Jacqueline Noret qui prône une loi sur l'interdiction de la fessée , quand elle se fonde sur ce qu'elle a vu chez des enfants battus et non pas fessés de temps en temps.

Non à la violence, on ne peut qu'être d'accord. Maintenant que j'ai un petit, je me rends compte à quel point la fessée a surtout comme effet de calmer celui qui la donne ce qui est déjà quelque chose N'empêche que je me demande où il faut placer la limite de la violence: Je ne parle pas ici de fessée, mais le simple fait de faire passer ces actes en force, tout simplement parce qu'on est à bout ou qu'on veut signifier une limite, pose question.

Par ailleurs, pour revenir au cas d'espèce, et en supposant l'enseignant soutenu par ses collègues très probablement du fait d'abord de la garde à vue et accessoirement du dépôt de plainte , on peut s'interroger sur la pertinence des poursuites: Du style "si j'ai l'occasion de t'aligner, je ne te louperai pas". Pourquoi ne le réserver qu'a vos seuls enfants? Eolas le formule fort bien: Il est curieux de constater qu'en pédagogie, les seules méthodes qui n'ont pas à se justifier des dégâts qu'elle causent soient les méthodes traditionnelles.

Non, ça ne "marche" pas pour votre enfant, juste pour vous, à un instant. Vous n'êtes pas le produit de ces punitions corporelles, vous y avez au contraire survécu grâce à l'amour de vos parents par ailleurs.

D'autres n'y survivent pas mentalement ou physiquement. Et non, le placard dans le noir n'est pas la solution non plus. Ca "marche", pas besoin d'être "zen" ou que les enfants soient "zen", c'est basé sur l'écoute, la médiation, la discussions Chapeau pour ce billet!

Je précise juste que l'enfant à 11 ans et non 15 comme écrit dans le billet. L'enfant est au collège depuis quelques mois mais s'il avait redoublé, il serait encore en primaire, ce qui peut aider à mettre les choses dans leur contexte.

Personnellement, balancer un enfant de cet age contre une porte après lui avoir dégagé ces affaire au sol, devant tout le monde , avant même qu'il n'y ait l'insulte, je trouve cela dégradant. Et au lieu d'utiliser le pouvoir de sanction cité plus haut dans le billet, l'enseignant surenchérit en giflant l'enfant, même pas encore ado.

Bref, au delà d'une sur-médiatisation qui, une fois de plus, ne sert pas la cause, je ne suis pas particulièrement choqué par le fait que l'enseignant puisse être puni à son tour. Aussi, je ne peux m'empêcher de penser ce que serait devenu cette histoire si le père gendarme avait à son tour giflé le prof… ;-. Autant , je vous trouve très brillant dans votre rôle d'avocat, qui se met en quatre pour expliquer aux profanes et aux professionnels le droit et la procédure , autant votre position et vos commentaires sur l'attitude de ce professeur, et sur le problème des gifles me paraissent moralisateur et hors sujet.

Je comprends très bien que vous soyez contre, mais ayant des enfants, je peux aisément comprendre l'attitude d'un professeur excédé par un élève peut- être particulièrement mal élevé , même fils de gendarme et à qui on ne refuse rien. Ce différent aurait dû se régler directement entre les parents et l'enseignant sans passser par la case justice et en exigeant, et de l'élève, et du professeur, des excuses.

Il semblerait que la qualité du père, qui a été plus prompte à déposer une plainte qu'à apprendre la politesse à son fils, ne soit pas étranger à ce fait divers. Qui est moralisateur, au fait?

Moi qui explique qu'un enseignant ne peut gifler un enfant, ou vous qui affirmez que c'est le père qui éduque assurément mal son fils? Cher maitre, je lis avec attention les réponses que fournissez à vos différents lecteurs, il m'apparait que soit vous n'avez pas d'enfants, soit -et vous en avez de la chance- vos enfants sont les plus adorables bambins que la Terre ait porté et jamais ils n'ont mérité une punition qui soit plus expéditive qu'une longue explication qu'ils ne comprennent pas toujours.

Je dis aussi non à la violence, mais pas non à l'éducation. Mettre un coup de pied aux fesses d'un enfant qui l'a mérité n'est pas un crime et ne va pas le traumatiser, je parle en connaissance de cause pour avoir moi-meme recu quelque coups de pieds au derrière dans mon enfance. Ca n'est pas une raison pour moi pour aller me soulager en rendant la pareil à mes putatifs futurs enfants. Je pense qu'un coup de pied s'il est rare et justifié et tout à fait mérité est tout ce qu'il y a de plus normal.

Peut etre suis-je un peu lent à la compréhension, mais je vous gartantie qu'on retiens la lecon efficacement et bien plus qu'avec des mots.

Aujourd'hui j'ai 2 fois le gabarit de ma chère et tendre mère et au moins celui de mon cher père et je ne les ai pour autant JAMAIS frappé! Sur ce, à bon entendeur, salut! Autant je suis souvent d'accord avec vous, autant là j'ai du mal à vous suivre. D'une part, je trouve déplorable de la part du père d'aller devant la justice pour une giffle. Ce genre de choses devrait se régler hors des tribunaux.

De plus, il me semble que les 24 heures de garde à vue ne se justifient pas en l'espèce: Ensuite, je sais que ça vous répulse, mais si mon fils avait insulté un professeur, et reçu une giffle, j'aurais considéré qu'elle était méritée. Et, sans aller jusqu'à le frapper, je lui aurais expliqué en quoi il la méritait amplement, et aurais assorti ça d'un certain nombre de punitions de mon côté: Sur cette histoire, le problème est ensuite entre les mains du juge: S'il condamne trop faiblement, on criera au loup en montrant qu'on en revient à l'ère des punitions corporelles Bonjour, J'ai une amie qui est jeune prof dans un département de la périphérie parisienne au numéro commençant par 7.

Plus une bagarre avec bris de mobilier entre deux élèves. Je suis heureux de dire qu'elle a réussi à garder son calme, et malheureux de devoir avouer qu'aucun des deux élèves n'a été exclu, convoqué par le directeur et morigéné.

Pas d'exclusion tout simplement parce que la situation est désespérée, par manque de plein de choses -dans le désordre: Ce sont de petits "Lord of the flies" qui sont fabriqués là. Que seront ces élèves? Que deviennent ces profs? Je me demande ou est le probleme a propos de la legislation. Si la legislation est tres repressive dans des cas comme ceux la, qu'est-ce qui empeche le juge de prononcer une peine derisoire? Il pourrait y avoir des cas ou cette loi permettrai de passer outre le maximum d'une aggression contre un enseignant contre lequel un juge pouvait butter auparavant j'ai du mal a voir des cas comme ceux la quand même malgré tout.

Cette loi ne force pas le juge a augmenter ses peines sauf en cas de recidive bien sur, mais l'intégration d'un professeur ne sera pas vraissemblablement mise en doute lors de la motivation du jugement.

Je profite de ce premier commentaire pour vous remercier de l'éclairage que vous apportez, ceci à chacun de vos articles. Je ne suis pas la première et ne serai pas la dernière, mais pourquoi ne pas répéter des compliments mérités? Ce texte m'amène à me poser 2 questions: Si l'un d'entre vous peut m'expliquer cela; merci! Merci pour cet éclairage à contre courant contre le courant pro-gifle, et contre le courant anti-prof.

J'ai une petite question technique, au sujet de ce que vous écrivez de l'exclusion de cours: Vous écrivez d'une part: Et d'autre part, vous citez ce texte qui est sans cesse rebattu aux oreilles des enseignants: Justifiée par un manquement grave, elle doit demeurer tout à fait exceptionnelle et donner lieu systématiquement à une information écrite au conseiller principal d'éducation et au chef d'établissement ". Je suis enseignant, et tout est fait pour nous dissuader d'exclure les élèves.

A tort ou à raison, juridiquement parlant? De mon point de vue, je trouve tout à fait logique de vouloir éviter l'exclusion automatique, mais le deuxième texte cité me semble propice, et j'en ai eu l'expérience, à entretenir le désordre dans la classe, le plus simple étant souvent d'exclure l'élève et de régler le problème avec lui ensuite dans le cadre d'un entretien individuel. Cher Maître, Un peu de calcul mental pour vous remettre la pendule à l'heure.

La carrière de ma mère née en a commencé après la guerre de 14 - 18 qui lui avait enlevé son père par la même occasion et a pris fin en ! Elle agissait ni plus ni moins comme tous ses collègues de l'époque et aucun de ses élèves n'est passé en 6ème ou ailleurs en n'étant pas au niveau comme c'est devenu une banalité maintenant A la lecture de ce billet m'est revenue en memoire une double ou triple? Voyez comme la memoire s'enfuit S'ensuit la haie d'honneur du bambin en question dont l'aura aupres de ses camarades ne s'en trouve que plus importante, et le cas de conscience de la pauvre maitresse, seule en salle des profs, et qui se voit clouee au piloris comme SS, pas moins La suite est plus difficile a raconter Bonjour Maître, Pour être complet sur les sanctions, de mémoire elles ne sont prononçables que par le chef d'établissement, parfois aidé d'un conseil de discipline pour les exclusions supérieures à 8 jours, un conseil de discipline n'aboutissant pas forcément à une exclusion.

Un élève peut se défendre seul lors d'un tel conseil, être représenté par un tiers parent, avocat. Le conseil de discipline peut faire l'objet d'un appel devant le recteur, le nouveau conseil de discipline ayant lieu hors de l'établissement.

En l'occurrence le recteur me semble avoir implicitement rendu difficile n'est-ce pas un problème d'ailleurs? Les deux ont commis une faute, les deux doivent être punis point. Il est vrai que l'adulte qui frappe un enfant peut apparaître comme le plus fautif des deux de part son pouvoir présumé sur l'enfant.

Mais il est de plus en plus difficile justement pour l'enseignant de faire valoir cette hierarchie car les enfants, de moins en moins bien élevés, ne respectent plus autant qu'avant la parole de l'adulte. Le problème qui conduit à ce genre de cas est très grave parce qu'il montre un dérive de la jeunesse qui ne peut être endiguée que par une plus grande présence des parents.

Et à l'heure du travailler plus pour gagner plus, on est pas prêt de de voir la situation s'inverser Si jamais vous trouvez une réponse absolue à votre question, je suis preneur. Personnellement, s'il fallait "forcer", je réussissais à m'en sortir par un regard sévère ou une intonation un peu sèche. Le simple changement rapide de personnalité suffisait -dans mon cas- à recadrer les choses.

Il m'est arrivé de recourir à la fessée, mais il est peu de fois ou je n'en ai pas éprouvé de regret. Après coup et à tête reposée, j'avais certainement la possiblité d'agir autrement. Pour moi, la fessée doit exister, mais comme moyen d'exception. Un peu comme les moyens dont dispose un juge pour réprimer et qui utilise la prison comme dernier recours. La prison écarte de la société, les autres moyens ré-insèrent.

La fessée arrête toute autre démarche par un strict 'ça suffit, c'est moi qui ai raison, point' je schématise et n'offre pas l'explication qu'attend l'enfant. Notre hôte m'objectera surement que les juges peuvent distribuer la prison comme des petits pains, mais je n'ai pas 20 cas critiques à gérer par jour! Bon, je repose la question qui n'a pas encore fait l'objet d'une commentaire satisfaisant: Il est facile dans ce cadre de conclure qu'il y a dès lors d'un coté des parents violents, de l'autre des parents laxistes et enfin les parents qui ont la chance d'avoir d'avoir des enfants "sans problèmes" qui peuvent se permettre de condamner les deux catégories précédentes.

Mais si vous aviez dit "la loi interdit ces comportements" cela aurait-il été juste? Maître, Face à cet arsenal législatif, je ne peux que me poser quelques questions sur la valeur éducative de ce qui vient de se passer présentement. Et pas uniquement envers l'élève. L'une des règles absolues de l'éducation est, selon moi, de maintenir une cohérence du discours civique, en l'occurence entre tous les acteurs de l'éducation: Je suppose que c'est d'ailleurs pour cela qu'un certain nombre de parents se sentaient obligés de passer la seconde couche après la première des profs, un acte que je suis bien loin de cautionner.

C'est là que quelque chose cloche: C'est son droit le plus strict. Toutefois, peut-être parce qu'il sait un peu comment ça marche, il met en branle tout un système contre un professeur.

Et même si tout ce système finit par accoucher d'une souris, il n'en reste pas moins que symboliquement, toute la crédibilité du professeur aura été anéantie, et pas seulement parce qu'il a giflé un élève. Je ne pense pas qu'on puisse décemment dire que cet enseignant ait eu raison de frapper un élève, et encore moins qu'il avait le droit. Toutefois, l'institution judiciaire étant constituée d'humains du moins, je l'espère , tout comme l'éducation nationale au passage, on peut espérer un minimum de mansuétude, à plus forte raison si l'enseignant n'a absolument rien eu à se reprocher pendant toute sa carrière Si nous avions été dans un monde idéal, je pense que de simples excuses, en présence des parents, par exemple, auraient suffi Après tout, entre êtres humains, on peut espérer un peu de compréhension mutuelle.

Toutefois, nous ne sommes pas dans une société idéale, et c'est précisément là que je me permets de retourner un de vos arguments: Je suis parfaitement d'accord avec vous sur ce point. Néanmoins, cet élève avait visiblement un père ayant des connaissances poussées de la legislation, et un sens aigü de ce qu'est un emmerdeur.

Sachant que la connaissance est la première source du pouvoir, nous pouvons en déduire que cet élève a court-circuité le pouvoir du professeur via son propre pouvoir personnel, afin de prendre l'aval, et de monter dans des proportions énormes quelque chose "d'anodin", le tout afin d'en tirer un certain avantage.

Je n'appelle pas ça "vivre en société". Lancer la machine administrative et judiciaire contre quelqu'un qui, espérons le, fait correctement son travail, ce n'est pas quelque chose de décent. Notez que ça ne m'étonne qu'à moitié, dans la mesure où notre société tend plutôt vers: Ca en est qu'un exemple de plus.

Entendons nous bien toutefois: Encore une fois, je vous cite: Et comme toutes les sociétés, vous l'expliquiez, il a son propre système judiciaire, qui peut aussi être tourné contre un professeur qui ferait mal son travail. Le professeur ayant un supérieur hiérarchique au sein même de l'établissement, l'élève aurait tout simplement pu s'adresser à cette personne le proviseur, ou le principal , pour réclamer justice. Cela aurait évité bien des ennuis, et bien des frais.

Plutôt que de saisir un juge pénal pour une claque, un proviseur bien avisé pouvait regler la question en un après-midi. Je doute que quoi que ce soit de bon puisse sorte du tribunal le jour de l'audience. CRPC et si j'ai bien retenu vos leçons si ce n'est pas le cas , pataper: Comme l'a dit un autre commentateur, il y a une chose que me choque particulièrement: Un dépôt de plainte n'implique pas automatiquement une garde à vue.

Dans ce cas, c'est ridicule. Je trouverais donc raisonnable qu'il y ait une enquête et des sanction éventuelles contre la personne qui a pris cette décision. Avez-vous une idée du degré de zen et de vigilance nécessaire pour maintenir tout ce petit monde dans le droit fil du cours? Avez-vous noté la fréquence de dépressions nerveuses et autres pathologies psychologiques dans le corps enseignant?

Ah oui vous enseignez, alors c'est normal"? J'espère bien que non! Abandonner toute éducation des enfants les moins privilégiés aboutirait nécessairement à une remise en cause de notre système politique -qui présuppose l'égalité entre citoyens- Si les écarts sont trop importants, je crains que l'on ait finalement un nouveau système aristocratique ou censitaire de fait, qui ne peut qu'exacerber les oppositions. Sur le fond de la discussion, je suis d'un avis partagé: Une fessée est-elle un coup dommageable?

Oui du point de vue juridique nous dit le maitre des lieux, non nous disent certains parents. Personnellement je ne sais pas trancher, j'évite d'en donner mais ne jure pas ne jamais y venir, tout en ne considérant pas ça comme un "objectif" particulièrement souhaitable. Mais qu'est-ce que c'est que ces arrêts J'ai cru comprendre qu'on était au XXIeme siècle et non sous l'ancien régime. A moins de trouver une ordonnance règlementaire ou une disposition légal autorisant l'usage de la violence hors du cadre de la légitime défense l'argument "Oh et puis tout le monde le fait" ne peut cautionner une pratique illégal?

Je suis d'accords sur le fait qu'une condamnation qui va au delà d'une amende légère serait exagérer mais quand un acte illégal est commis dans les limites de la responsabilité de l'enseignant on ne peut laisser passer une relaxe! La claque est un passage à l'acte qui implique au premier degré celui qui la donne. C'est la marque des impulsifs. Il est d'autres claques, du deuxième degré, prodiguées de manière plus biaisée comme: Maître, un point que je ne saisis pas bien.

Il me semble que la jurisprudence reconnaît, au titre du fait justificatif d'autorisation de la loi, un certain droit de correction aux enseignants fondé sur le code de l'éducation, vous citez l'article je crois. Je vous demande juste une réponse en droit, je ne prends pas position sur le fond: Certes le prof n'aurait pas giffler l'éléve de 11 ans, mais ce dernier il a appris où le respect envers la loi et les gens?

Il n'est pas issu d'une famille habitant dans une cité, mais le fils d'un gendarme. En premier lieu le blâme revient au père qui n'a pas su éduquer son fils dans le respect d'autrui, de la loi sinon à 11 ans on ne prononce pas le mot "connard" envers un adulte et encore moins envers son professeur.

Ou est-ce que son père accept-il d'être traité de " connard" pas des enfants ou d'adultes? Je ne pense pas. Et comme Alex K, je me suis de son avis et comme lui j'ai eu une fessée par ma mère.

Cela fait mal et on ne recommence pas. Et pourquoi ne pas blamer le gosse lui meme plutot que le pere. A 10 ans, en classe de sixieme, je pense que malgre toutes l'attention qu'on peut lui donner un gosse n'est pas un robot programmable et je crains qu'il ne face montre d'un certain libre arbitre. Qu'il se fasse punir pour son injure, je suis d'accords, quelques heures de colles une convocation dans le bureau du proviseur pour lui expliquer les chose et libre au pere de le priver d'argent de poche ou de lui infliger d'autres punitions.

Parfois ce n'est pas "l'environnement" "la société" "le cadre de vie" qui sont responsable de l'insolence des gosses. Pourquoi ne pas considérer que ces mômes soit un petit peu responsable même avant leur 18 ans age fatidique ou les défenseur du saint enfant considère qu'il possède l'entière responsabilité de ses actes et pour qui l'enfance malheureuse, les conditions de vies et autres excuses ne sont que des balivernes.

Avec une lecture rapide des événements un élève qui insulte son prof, une gifle qui part , tout le monde ou presque prend parti pour le malheureux professeur victime, bien évidemment, du laxisme parental post-soixante-huitard, c'était tellement mieux au bon vieux temps ma brave dame.

Quand on lit de manière attentive les dépêches et articles parus sur cette affaire-notamment sur le site de Libération-, on se rend compte que les choses sont un poil plus complexes que cela. L'enfant aurait refusé de libérer une table dont le professeur avait besoin. Le prof jette les affaires de l'élève par terre puis pousse celui-ci contre le mur.

L'insulte fuse, l'enseignant gifle l'élève et lui demande de s'excuser. Ce que l'élève aurait fait. D'après un des collègues de cet enseignant, arrivé dans la classe peu de temps après, la joue de l'enfant était "bien marquée".

Ce n'était pas une calotte mais une "beigne", comme disent poétiquement mes mis en examen. Si le père, gendarme, a débarqué au collège en uniforme, c'est parce qu'il était en service. Il aurait fait judicieusement remarqué au professeur qu'il était souvent insulté dans le cadre professionnel et qu'il ne répondait pas par des baffes pour autant.

Enfin, quand le professeur a été interpellé au cours de l'après-midi, il présentait une alcoolémie positive. L'enseignant aurait juré aux policiers que sa consommation d'alcool remontait à la pause déjeuner donc après les faits tout en reconnaissant "un léger problème avec l'alcool" qui, selon lui, n'a pas d'incidence sur la qualité de son travail.

Ou alors, il avoue du bout des lèvres "un petit problème avec l'alcool", problème qui bien évidemment, n'a jamais aucune incidence sur son comportement dans le cadre professionnel ou familial. Néanmoins et compte tenu des éléments que je viens de développer, j'estime que ces faits doivent être replacés dans leur contexte. En l'occurence, le comportement de ce professeur, sans même parler de la baffe, me paraît pour le moins discutable. Je n'ai pas d'enfants.

Si j'en avais, je ne serais pas ravie, mais pas ravie du tout, qu'ils soient dans la classe de cet enseignant. Arrivé devant l'une d'elles, il balaye d'un revers de main les affaires d'un élève. Le mot de trop pour l'enseignant qui le gifle violemment sur la joue gauche, le traîne par le pull jusqu'à son bureau et lui fait, dans une salle proche, rédiger une lettre d'excuses. Puis revient avec l'enfant et dit à toute la classe: On en est loin. Deux fillettes, au bord des larmes, prennent le chemin de l'infirmerie.

Je me permet de rappeller ce qui a été dit dans le commentaire 74 parce que ça me parait extrêmement important: Selon la version du procureur, l'agression physique du professeur a commencé AVANT que l'élève ne l'insulte. Ce n'est qu'une fois que cet enfant, qui n'a que onze ans rappellons le et qui ne doit pas peser beaucoup plus de 30 kg tout mouillé s'est fait plaquer contre le mur par un professeur de stature imposante et de tempérament autoritaire qu'il a lâché l'insulte qui lui a voulu une baffe, puis d'être trainé par le pull à travers la classe.

Le placage contre le mur serait dû à une demande d'explication dans des termes tout à fait courtois à l'acte du prof qui venait de l'humilier en jetant ses affaires par terre. Il y eut donc humiliation puis violence: Ensuite s'en est suivi un deuxième acte de violence, puis un troisième et un deuxième acte d'humiliation quand le professeur l'a trainé par le pull. Il aurait ensuite ordonné à ses élèves de ne pas parler de cet évènement et n'aurait pas averti sa hiérarchie, qui aurait été prévenue par l'entremise de deux fillettes choquées et aux bords des larmes à l'infirmerie.

Dans ces circonstances, on comprend mieux la plainte du père et le gros-mot du fils. Mais il est vrai que la garde à vue n'aurait pas dû durer plus du temps nécessaire pour rédiger un procès verbal, c'est à dire tout au plus quelques heures. La peine maximale est complètement démesurée Je ne doute pas un seul instant que les magistrats soient capables de faire preuve de discernement et de mettre une peine plus adaptée.

Elle s peuvent bien le pincer à ce moment là J'ai toujours considéré la violence le fruit de l'incapacité à formuler une réponse intelligente. Je n'ai d'ailleurs jamais éprouvé le besoin de claquer mon enfant, juste de l'éduquer et l'aider à comprendre. Je suis content de voir qu'en plus d'être agréable a lire vous apporter un peu de bon sens à tout ça.

Oups, bon ben j'ai été doublé par Ouinon, ça m'apprendra à être lent à rédiger. Je voudrais juste signaler au passage que cette ultrajudiciarisation à l'école n'est pas à sens unique: Rue89 , désormais, presque toute infraction commise par un élève sur un enseignant, tel qu'une injure ou même "faire du raffut avec des chaises" est suivie d'une transmission au Procureur de la République.

Par ailleurs, certains avocats Me Lec du Bareau d'Amiens notamment déclarent ouvertement qu'ils invitent tous les enseignants victimes d'injure a porter plainte, et se disent "favorable à ce qu'on donne une réponse pénale et non-pas un rappel à la loi ou une médiation" en cas d'insulte grave. Si l'on doit donner une réponse pénale à tout élève insultant un enseignant, il ne me semble pas choquant qu'on donne une réponse pénale à un enseignant faisant preuve de violence doublé d'humiliation à l'égard d'un enfant de trente kilos.

Il ne me semble pas que prononcer le mot "c. Mais à une violence physique proscrite peut se substituer une violence psychologique rare. J'ai déjà assisté à des scènes pas belles à voir, et où pourtant aucune violence physique n'était à déplorer. Alors, sans doute, soufflet n'est pas jouer, mais une fois n'est pas coutume, votre billet ne me convainc pas vraiment, d'autant moins qu'une "beigne" peut faire moins de tort qu'une violence verbale. Que la justice se concentre sur la violence physique souligne essentiellement notre changement du rapport au corps, beaucoup moins sa capacité à protéger un enfant face à des abus de personnes dépositaires de l'autorité.

Les conséquences aberrantes de la gifle plainte pour violence sans parler de la garde à vue, du prélèvement de l'ADN etc Porter plainte devrait être le recours ultime, et non la réponse immédiate, non? Si sur le fond je suis entièrement d'accord sur le fait qu'un professeur n'a pas à donner une gifle à un enfant, et que l'acte doit être sanctionné comme il se doit, je trouve que l'on fait un peu trop! Il ne s'agit que d'une claque, pas de quoi en faire une affaire nationale!

Comme vous le dites, le risque de sentiment de collusion entre polices et justice existe. Et j'avoue que je me pose une question: D'autant que le professeur reconnaît les faits. Alors, je ne peux m'empêcher de me poser la question, si le père n'avait pas été gendarme, cela n'aurait-il pas fini juste par une convocation à la gendarmerie et une mise en examen?

C'est avec des petites mesquineries de ce genre que la réconciliation entre police et citoyen, et au-delà la justice, risque de mettre du temps à avoir lieu…. A la suite d'une conn Ah, la langue est plus rustique sous le coup de la colère! On peut t'aider pour réparer? Ah si tous les accusés reconnaissaient leur culpabilité, proposaient qu'on leur inflige une lourde peine, et voyaient leur juge leur accorder circonstances atténuantes et sursis sans mise à l'épreuve , tout en craignant de se retrouver à nouveau devant lui!

M'entendrez vous, maitre Eolas, si je vous dis qu'il y a des choses qui méritent de demeurer privées et que les porter devant la justice ridiculise tout le monde, y compris l'institution judiciaire?

Comme souvent en vrac Ce n'est pas tout à fait exact. Si l'ITT est égale à 0, le prof encourt cinq ans de prison pour violences volontaires sur mineur de 15 ans par personne ayant autorité si la justice considère qu'un prof fait partie de cette catégorie. Si par contre l'ITT est au moins égale à 1 jour, alors par application de la dernière phrase de l'article CP on peut cumuler les trois circonstances aggravantes que vous avez relevées.

J'aurais tendance à dire non vu les faits. De façon générale on voit mal l'utilité en pratique d'une garde à vue en matière délictuelle s'il n'y a pas de perquisition s à mener. Y en a t'il eu une dans cette affaire? D'un autre côté, on voit très souvent dans des affaires financières médiatisées non je ne pense pas à la Société Générale des avocats venir devant les micros pour nous dire que leur client avait été placé en garde à vue dans les locaux de quelque brigade d'enquête prestigieuse le temps d'une audition de quelques heures et que c'était tout à fait normal.

Des avocats contents que leurs clients soient en garde à vue! Alors qu'il n'y a qu'une audition à faire Vraiment, des fois on entend de ces choses, comme dirait madame Michu. Ceci ne sera qu'un commentaire perdu dans la masse de tant d'autres, mais tant pis. Une fois n'est pas coutume, je ne partage pas l'avis de Maître Eolas.

Je suis moi-même fils de professeurs. Certains diront que j'ai parti pris, mais moi je dirais que je suis justement bien placé pour répondre. Que dire d'une école qui pratiquait les châtiments corporels? A-t-elle créé des générations de détraqués, d'élèves traumatisés qui deviendront par la suite des criminels en puissance? Au contraire, je pense personnellement que les enfants qui se sont pris des coups de règle sur les doigts sont devenus par la suite des adultes reponsables et équilibrés.

En tout état de cause, ce n'était pas l'époque où des jeunes encagoulés prenaient d'assaut une gare parce qu'un de leur pote avait été contrôlé par les forces de police. En d'autres termes, mon gamin a bien raison de pas faire ses devoirs, parce que vos cours sont nuls, il a bien fait de vous répondre 14 fois en une heure, il a bien fait de rayer votre bagnole, etc. Alors je ne peux que comprendre le comportement d'un pauvre professeur de techno qui vient donner son cours en espérant que son cours se passera bien et qui se fait insulter de "connard" par un môme de 12 ans.

Il faut quand même replacer l'action dans son contexte. S'insulter entre adultes, je peux comprendre, mais qu'un gamin haut comme trois pommes adresse une telle insulte à un représentant de l'Education Nationale, un professeur, qui reste le creuset du savoir, ça me laisse pantois. Maître Eolas, vous dites que le fait que le professeur ait répliqué par la violence va déséquilibrer le développement de l'enfant, ça me choque. Selon vous, que va penser cet enfant qui insulte un professeur, et dont le père va porter plainte en UNIFORME de gendarme tout le monde est bien d'accord que s'il y avait été habillé comme n'importe qui, ça aurait été tout à fait différent, c'est donc sciemment qu'il a affiché ostensiblement son appartenance au corps de la gendarmerie, et je trouve ça abject personnellement , que va penser cet enfant qui sait que ce professeur qu'il a insulté va passer en correctionnelle parce que ce dernier aura osé répondre à son insulte?

En définitif, il insulte un prof, et ce dernier se retrouve en correctionnelle en qualité de prévenu. Je suis pas sûr du tout que l'enfant en tire la leçon qu'il ne faut plus insulter les professeurs, mais plutôt qu'on peut le faire en toute impunité.

Personnellement, j'aurais été à la place du gamin, je serais rentré à la maison et mes parents m'en auraient redonné une paire, de gifles, et ils auraient été devant le prof pour s'excuser et lui faire part de leur honte quant à mon comportement. Je suis pas sûr non plus que le papa gendarme en question ait tenu un tel discours à son fils.

Comme quoi, il y a vraiment des gifles qui se perdent. J'espère de tout coeur que cet enseignant sera relaxé, que la justice à qui j'espère destiner ma vie d'ici quelques années me montre qu'on témoigne encore en ce pays d'un certain respect du corps enseignant. C'est lui qui apprend la vie à vos mômes, bon sang. Imposer la moindre frustration et la moindre humiliation à ces pauvres chéris si sensibles et si fiers, c'est vraiment inhumain. Cher Mazarin, Allez lire les commentaires et Ensuite vous pourrez vitupérer autant que vous voudrez.

Mais au moins vous le ferez en ayant une connaissance précise des faits. Finalement, je ne lis plus les commentaires -très riches mais trop nombreux, la rançon du succès - mais seulement vos réponses.

J'ai bien aimé celle du gendarme en uniforme et, dans un autre post, celle du café du commerce d'en face. Deux petites questions "outre un prélèvement des empreintes génétiques pour inscription au fichier national de ces empreintes le FNAEG ".

Comment, de l'élaboration d'un fichier pour prévenir punir la seule délinquance sexuelle, en est-on arrivé là sans que des recours ne soient déposés auprès de je ne sais quelle instance française ou européenne?

Sans que la profession juridique dans son ensemble ne s'élève contre une telle loi, connaissant ses dérives et ce me semble, nous n'en avons pas fini, Hortefeux voulant faire modifier la consitution pour passer sa loi des quotas ; c'est si simple.

Demain, on va prendre les empreintes génétiques d'une petite vieille qui aura resquillé dans la queue dans son bureau de poste. Deuxième petite question d'une néophyte: Ce professeur a le soutien des parents d'élèves et des élèves eux-mêmes, mais cela y suffira-t-il? A la réflexion j'imagine qu'il a fallu 24h pour que le professeur avoue la gifle.. C'est ca qui m'intrigue, qu'est-ce qu'il a bien pu se passer durant ces 24h apparement nécessaires Serait plutôt une cellule de dégrisement?

Chère Lulu, Vous remarquerez que je n'ai pas tenté d'inventer des faits pour cautionner ce que je disais. Je profite simplement ce cette occasion de défendre les profs sur qui tout le monde tape gouvernement et parents d'élèves depuis quelques années.

Quand le père dit "je me fais insulter tous les jours et je réponds pas par une baffe pour autant", encore heureux. Manquerait plus que les seuls personnes dépositaires du monopole de la contrainte coercitive en abusent! Et il y a une différence entre se faire insulter par un malfrat bourré lors d'un contrôle de police sur les bors de la nationale et par un élève de 12 ans en pleine salle de classe devant ses camarades.

C'est bien beau de dire qu'on était en service pour garder l'uniforme, ça n'empêche qu'il savait pertinemment l'effet que ça produirait. L'enlever, au moint le haut par exemple, ça devait pas être bien compliqué.

Maître Eolas précise quant à lui que le papa a été porter plainte dans le même uniforme. N'allez pas me faire croire qu'un gendarme en uniforme qui porte plainte dans un commissariat, ça passe inaperçu. Enfin, c'est facile d'utiliser l'argument de l'alcoolémie pour décridibiliser la personne en question. Ace que je sache, l'alcoolémie est une maladie. Je suis sûr qu'il n'était pas en état d'ivresse pendant son cours, et qu'il reste par ailleurs un excellent professeur. De toute façon, dans cette affaire, il sera difficile pour nous pauvres internautes de savoir comment les faits se sont déroulés.

Je m'excuse à l'avance pour ceux que mon coup de gueule aura choqué. Je connais le métier de professeur, je vois mes parents qui sont véritablement AIGRIS par ce métier, je profitais simplement de l'occasion pour remettre les choses au clair. La violence est le dernier recours de l'incompétence. Petite correction, désolé pour la fatigue.

Bonsoir, Si je partage globalement votre avis les chatiments corporels sont d'un autre age. Je ne peux m'empecher de penser que les poursuites à l'encontre de l'enseignant, ainsi que la médiatisation qui en a découlé, sont regrettables.

Pour illustrer mon propos, je vais participer de mon anecdote: Quand j'étais au lycée, un de mes enseignant a giflé un élève. Je ne me souviens plus de la cause de la gifle, mais je me souviens parfaitement des évènements qui s'en sont suivis: A la séance suivante, l'enseignant qui avait peut être recu des remontrances de la part de sa hiérarchie a présenté des excuses à la victime, devant toute la classe.

Il nous a d'ailleurs expliqué que son geste était inadmissible, et qu'il le regrettait profondément. La victime était satisfaite, et les étudiants témoins nous ont eu une lecon de civisme.

Tout ca pour dire qu'a mon avis la réponse pénale n'est pas, ici, satisfaisante, tant elle polarise le débat, sans amener d'éléments d'explications pour les élèves. Si vos lecteurs peuvent comprendre votre propos, et le caractère disproportionné des peines encourues, des ados ne le peuvent pas. Et l'élément d'exemplarité de la sanction est ici inexistant. Des excuses et explications auraient probablement fait plus pour les élèves. Et je partage également l'avis des autres commentateurs tendant à dire que la GAV de 24h est difficile à comprendre, et elle ressemble plus à une sanction qu'à une mesure propre à améliorer la qualité de l'enquête.

De mon temps, si je prenais une baffe par un enseignant et que j'allais me plaindre à mes parents, j'en recevais une deuxième. S'il n'y a plus de respect des professeurs, c'est aussi à cause de cela. Faut les mater à grand coup de "karcher"! Eolas ne doit pas avoir d'enfants pour avoir cette position aussi tranchée sur les fessées. Cela dit, encore une fois quelqu'un est traine dans la boue par les médias, quasiment accusé d'alcoolisme tout cela sans autre forme de procès, c'est à vomir.

Cher Maître, Une fois de plus toute mon admiration pour la qualité de votre commentaire juridique. Frapper un élève est bien sûr inacceptable. Essayez quand même de passer quelques heures dans des classes difficiles pléonasme aujourd'hui de collège ou mieux de lycee professionnel.

Si si allez y rien que pour voir et après nous en reparlerons Mettre le méchant fils de gendarme en garde à vue pour son inexcusable insulte et d'exclure 3 jours le gentil professeur pour son petit accès de colère passager. Vu ce que vous écrivez, ça devrait vous convenir. Parce que pour le moment, c'est lui et son père qui sont considérés comme le principal fautif si l'on en croit les titres et une bonne moitié des commentaires de ce billet: À mon humble avis, de la violence on ne peut apprendre que la haine ou la peur.

Rien de bon en tout cas. Tout à fait d'accord avec les commentaires précédents. Je rajoute que Eolas semble opposé à la fessée, alors que la plupart des pédo-psychiâtres se prononcent en faveur des châtiments corporels entendons-nous: J'ai moi-même reçu de mes parents quand j'étais jeune de bonnes claques cinglantes, et pourtant je me sens aujourd'hui parfaitement équilibré.

Je vais même jusqu'à dire que je trouve mon éducation tout à fait excellente au regard du comportement de nombre de mes camarades, même dans le milieu de la faculté je ne suis pas sûr que ceux qui crient sur le prof depuis le fond de l'amphi aient reçu beaucoup de taloches dans leur jeunesse , et je ne parle même pas des collèges difficiles où enseignent mes parents.

Grrr… dans chaque billet que j'ai écrit dans ce fil j'ai trouvé le moyen de faire des fautes d'orthographe, désolé. Le professeur prend les devants et libère lui-même la table.

Le prof perd son sang froid et la gifle fuse. Quand on compare les deux versions c'est-à-dire: Vous pouvez vraiment que le prof a "traîné" l'élève par le col hors de la classe en intimant à ses élèves de la boucler sur ce qui venait se passer? Grâce à vous, la presse à scandale a encore de beaux jours devant elle, merci pour eux! En êtes-vous si sûr? Regardez ce qui va se passer à Versailles la semaine prochaine. Avez-vous vraiment entendu les socialistes se dresser contre les tests ADN?

Voyez l'arrogance de Rachida Dati qui ne doute pas un seul instant que la rétroactivité de sa loi passera le filtre du Conseil Constitutionnel.

J'ai appris ce soir que la seule fois dans l'histoire où l'on a appliqué cette rétroactivité date d'une époque pas si éloignée dont je me réjouis de ne l'avoir pas connue excusez-moi il y a des noms de ville que l'on ne prononce pas sous peine de condamnation comme vient de l'être un jeune opposant.

Les murs ont des oreilles. Ce n'est pas "quasiment accusé", c'est l'affirmation devant les journalistes que cet homme avait "avoué" être dépendant de l'alcool depuis quatre ans.

Vous crachez sur ce salaud de prof qui a osé lever la main contre la candeur même incarnée par ce petit garçon innocent qui a eu le malheur de lâcher une petite insulte insignifiante Mais vous défendez les abrutis qui n'ont visiblement rien à faire en études sup'?

Je devrais faire attention, vous êtes peut-être dans ma fac, au fond de l'amphi D'habitude je suis d'accord avec vos billets mais là pas du tout! C'est bien beau d'interdire la fessée ou les claques mais vous ne proposez rien en échange: Mais ca ne marche pas Maître! Quand on dit a un gamin qu'il ne faut pas faire ceci ou cela et qu'avec sa bande de copain, ils se montent la tête: Mais une bonne baffe oui.

Et s'il a 15 ans et qu'il bat ses parents. Ses parents peuvent le mettre en pension. Alors oui les juges pour enfants ont peut être du boulot mais j'aimerai bien être une petite souris pour voir si les juges pour enfants ou les avocats ne donnent jamais de baffes ou de fessée à leur rejeton!

A la télévision, la justice, c'est toujours les gentils contre les méchants. La fusariose, maladie de la vanille est également une cause de la baisse de la production.

Closed On:

Géopolitique , Polynésie Étiquettes:

Copyright © 2015 rogaineformen.cf

Powered By http://rogaineformen.cf/